Contactez-nous
+ (33) 06 20 47 18 57
Mail
contact@fmtc.fr
Horaires
lundi-Vendredi: 09.00-20.00

Le classique de la médecine interne de l’empereur jaune

« Moi qui suis le chef d’un grand peuple…
Et qui devrais donc en percevoir des impôts,
Je constate avec affliction que je n’en perçois point,
Parce que mon peuple est malade.
Je veux que l’on cesse d’administrer des remèdes
Qui rendent mon peuple malade…
Pour n’employer désormais que des aiguilles de métal »

‍Le Huang Di Nei Jing, le classique de médecine interne de l’Empereur jaune a été appelé la « Bible » de la médecine traditionnelle chinoise (MTC). Il s’agit du plus ancien texte de MTC, et il est encore largement étudié et pratiqué aujourd’hui. Le Classique de médecine interne de l’empereur jaune se compose de deux livres : Il se divise en deux parties : le Su Wen et le Ling Shu. Tous les aspects de la médecine y sont abordés, avec leur traitement, et plus particulièrement le traitement par acupuncture.

Le texte classique de l’Empereur Jaune sur la médecine interne et le système des cinq organes : les reins, le cœur, les poumons, la rate et le foie. Il traite du diagnostic et du traitement ainsi que de la prévention.

Le texte comprend des descriptions précises des maladies ainsi que des explications détaillées de leurs causes et des techniques de diagnostic. En plus d’être une référence médicale précieuse, ce texte est également remarquable pour sa discussion des émotions dans la santé et la maladie. Comme tous les textes anciens, ce livre n’a été traduit de la langue originale en chinois moderne qu’une seule fois – en Chine, vers 500 de notre ère – et cette traduction était fortement influencée par les idéaux confucéens.

En tant que telle, elle ne reflète peut-être pas exactement la manière dont ce texte aurait été lu ou compris par son public d’origine, mais elle reste néanmoins une source importante d’informations sur la médecine chinoise avant le développement de la théorie et de la pratique scientifiques modernes.

 

Introduction : Un aperçu du texte

Le texte classique de l’Empereur Jaune sur la médecine interne et le système des cinq organes : reins, cœur, poumons, rate et foie. Il traite du diagnostic et du traitement ainsi que de la prévention. Le texte comprend des descriptions précises des maladies ainsi que des explications détaillées de leurs causes et des techniques de diagnostic. En plus d’être une référence médicale précieuse, ce texte est également remarquable pour sa discussion des émotions dans la santé et la maladie.

Comme tous les textes anciens, ce livre n’a été traduit de la langue originale en chinois moderne qu’une seule fois – en Chine, vers 500 de notre ère – et cette traduction était fortement influencée par les idéaux confucéens. En tant que telle, elle ne reflète peut-être pas exactement la façon dont ce texte aurait été lu ou compris par son public d’origine, mais elle reste une source importante d’informations sur la médecine chinoise avant le développement de la théorie et de la pratique scientifiques modernes.

médecine
 Classique de médecine interne de l’empereur jaune

La médecine interne classique de l’empereur jaune.

Avant d’aborder les maladies particulières traitées dans le livre, il est important de se pencher sur la philosophie et la pratique de la médecine chinoise telle qu’elle était pratiquée dans la Chine ancienne. L’empereur jaune, dont le nom signifie « le souverain d’or », a régné sur la Chine entre 2650 et 2500 avant J.-C., et est considéré comme le premier des cinq empereurs.

Il est considéré comme le premier des cinq empereurs et aurait unifié la Chine. On lui attribue également l’invention de l’écriture et du travail des métaux. La médecine interne de l’Empereur Jaune était fortement influencée par la philosophie chinoise du Yin et du Yang. Ces deux forces étaient considérées comme l’équilibre de toutes les choses dans l’univers. Pour atteindre l’harmonie et la santé, les deux forces devaient être en équilibre.

 

Les maladies et leurs causes

Les maladies et douleurs étaient causées par un déséquilibre dans un ou plusieurs des cinq organes : le cœur, les poumons, les reins, la rate ou le foie. Le cœur était associé aux émotions. Il était chargé de stocker et de distribuer l’énergie « Yang » du corps, et était donc associé à des émotions telles que la joie et la colère, ainsi que le désir sexuel.

Les maladies cardiaques étaient donc causées par une joie ou une colère excessive, un désir sexuel excessif, une joie ou une colère excessive à la suite de la perte d’un être cher, ou une tristesse extrême. Les maladies pulmonaires étaient causées par une activité mentale excessive. Par exemple, une joie, une colère ou une tristesse excessive pouvaient amener une personne à penser à ces choses plus que d’habitude. Cela surstimulait l’esprit et le rendait malade. Si un être cher mourait, la personne atteinte pouvait penser constamment à cette perte, ce qui provoquait la maladie. La maladie rénale était causée par une activité mentale ou émotionnelle excessive.

Par exemple, une joie ou une colère excessive, ou une tristesse excessive. Une joie ou une colère excessive faisait oublier à l’esprit comment contrôler les fonctions corporelles, tandis qu’une tristesse excessive faisait oublier à la personne comment apprécier les choses telles qu’elles étaient. La rate était associée aux « sentiments ». Elle était associée à des émotions telles que l’amour et la haine, ainsi que le plaisir et la douleur.

Comme pour le cœur, si une personne était trop heureuse ou trop triste, elle se sentait malade. Le foie était associé au physique. Comme la rate, il était associé aux « sentiments ». Il était également associé à l’esprit, et donc aux émotions telles que le bonheur et la douleur.

 

Émotions dans la maladie

Un patient décrivait souvent ses symptômes en fonction des émotions qu’il ressentait le plus à ce moment-là. Par exemple, un patient pouvait dire qu’il se sentait constamment en colère ou triste, ou qu’il éprouvait beaucoup de joie ou de douleur. Les médecins tentent alors d’identifier la cause de ces émotions, ce qui les aide à comprendre ce qui n’allait pas chez le patient.

 

Techniques de traitement et de prévention

Le traitement était généralement axé sur l’éducation du patient, et reposait souvent sur une thérapie de groupe. Les patients rencontraient d’autres patients présentant les mêmes symptômes et discutaient de ces émotions et de la manière dont ils les avaient gérées. La prévention était axée sur l’encouragement d’un comportement sain. Par exemple, on encourageait les patients à ne pas être trop heureux ou trop tristes, et on leur disait d’éviter la joie ou la douleur excessive.

 

Résumé

Le texte classique de l’Empereur jaune sur la médecine interne et le système des cinq organes : reins, cœur, poumons, rate et foie. Il traite du diagnostic et du traitement ainsi que de la prévention. Le texte comprend des descriptions précises des maladies ainsi que des explications détaillées de leurs causes et des techniques de diagnostic.

En plus d’être une référence médicale précieuse, ce texte est également remarquable pour sa discussion des émotions dans la santé et la maladie. Les maladies sont causées par un déséquilibre dans un ou plusieurs des cinq organes : le cœur, les poumons, les reins, la rate ou le foie. Les émotions dans la maladie sont décrites en termes de sentiments et d’émotions du patient, et ces sentiments sont ensuite identifiés et traités.

Le traitement est généralement axé sur l’éducation du patient et la thérapie de groupe, tandis que la prévention se concentre sur un comportement sain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.